Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous détestent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent.… (Luc 6.27s)

Voilà l’exhortation que Jésus lance à ses disciples !

Quelle est notre réaction instinctive vis-à-vis de quelqu’un qui nous veut du mal? N’est-ce pas d’entrer dans un cycle de vengeance?

« Tu me parles mal? Je te parle mal. Tu me traites mal? Je te traite mal. » Et naturellement, on doit s’attendre à ce que l’autre fasse de même…

La peinture ci dessus a été réalisée par un artiste/reporter de guerre australien nommé George Gittoes. Elle s’intitule « le prédicateur » et illustre le génocide au Rwanda qui a eu lieu en 1995.

Dans son journal, Gittoes décrit les mouvements de panique auxquels il a assisté, le sort terrible réservé aux victimes. Alors que le génocide se poursuivait, il a aperçu un petit groupe de personnes. Voici un extrait de son journal [1]:

« Un prédicateur solitaire lisait à ce petit groupe des versets dans une Bible en lambeaux. Il était grand et portait un manteau jaunâtre. Pour être vu et entendu, il était assis sur un sac de céréales. Il parlait en français avec un accent – sa voix rauque et brisée – mais je pouvais reconnaître le sermon sur la montagne: « Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu … »  Les personnes présentes joignaient leurs mains ou étreignaient leurs enfants. Le prédicateur a constaté ma présence, je portais mon casque bleu des Nations Unies, mais il n’allait pas demander de l’aide. Nos regards se sont croisés et je l’ai vu passer rapidement de la colère au désespoir, et ensuite au courage… Puis il a souri. J’ai reconnu la pureté de sa foi inconditionnelle. Pour ces gens qui avaient tout perdu, le prédicateur les a aidés à retrouver leur dignité.

Mais soudain, on se mit à tirer sur ce groupe. J’ai profité d’un instant d’inattention pour faufiler deux jeunes garçons sans que les soldats de l’APR (Armée Patriotique Rwandaise) s’en aperçoivent. Je n’ai pas regardé en arrière – les garçons ont exigé toute mon attention.

[…]

Là où était le prédicateur, il n’y avait que des corps piétinés. J’ai cherché en vain son manteau jaune, mais je dois maintenant m’occuper des survivants. »

On entend le caractère extrême de cette situation. Mais n’est-ce pas ce qui a frappé cet artiste ? L’attitude de cet homme, ses paroles… Dans les moments extrêmes, quand notre foi est mise à rude épreuve, dans la souffrance, qu’est-ce qui va ressortir?

Lorsque quelqu’un vous traite régulièrement mal à la fac, est-ce que vous allez renoncer à la vengeance, aller jusqu’à prier pour cette personne? Lorsqu’un proche injurie votre attachement à Jésus ou use de moquerie, est-ce que vous allez lui témoigner de l’amour quand même?

Est-ce qu’on sera prêt à demander pardon pour nos mauvaises paroles, indépendamment du fait que l’autre nous a bien plus offensé?

Lorsqu’on sera tenté de médire quelqu’un qui nous a calomnié, est-ce qu’on arrivera à aimer, à bénir?

Paul Harrison, pasteur à l’église Rue de Sèvres.


[1] http://gittoes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *