J’imagine que tu as déjà entendu les formidables histoires de Samson, comme peut-être à l’école du dimanche : son incroyable force, ses cheveux qu’il ne fallait pas couper, ses énigmes incompréhensibles, etc. (tu peux relire son histoire en Juges 13 à 16)

Le personnage est pittoresque, haut en couleur. C’est un héros idéal pour un personnage de film à Hollywood. Mais en tant qu’envoyé de Dieu, il pose question ! Il se montre volage, violent et arrogant. Il a commencé à opérer une grande délivrance sur les Philistins (les ennemis d’Israël à l’époque), mais il l’a fait en ayant aucun respect ni pour Dieu, ni pour lui-même. Un homme doué certes d’une force surhumaine, mais animé uniquement par un esprit de vengeance ou par le désir d’assouvir son appétit sensuel ! 

Pourtant tout au long de l’histoire de Samson, l’intervention de l’Esprit de Dieu est clairement mentionnée (Juges 13.25 ; 14.6 ; 14.19 ; 15.14). L’auteur ne veut surtout pas qu’on rate que derrière les aventures rocambolesques de Samson, c’est bien l’Eternel qui est à l’œuvre en coulisse. Attention, cela n’enlève rien à la responsabilité de Samson. Il fait preuve de faiblesses morales évidentes, qui le conduiront d’ailleurs à sa perte. Mais ces manquements n’empêchent pas l’Esprit de Dieu de se saisir de Samson et de l’amener à accomplir le plan de l’Eternel.

En quoi l’histoire de Samson nous enseigne-t-elle aujourd’hui ?

Compétences et dons ne signifient pas forcément spiritualité. Nous confondons malheureusement souvent les deux. Samson en est un parfait exemple. Les dons spirituels n’empêchent pas la chute. Ils n’impliquent pas non plus que tout ce qu’on fait soit juste ; c’est aussi un mensonge qui se communique.

Dieu n’a pas besoin de nous pour accomplir son œuvre, mais Il veut le faire à travers nous, pour nous transformer. C’est pourquoi, Dieu nous utilise malgré nos manquements.

Mais il est dramatique de ne pas voir nos faiblesses et de ne pas chercher à progresser.

La petite histoire de Samson prend place dans la grande histoire du salut, qui aboutit à la croix ! Celle-ci pointe sur notre besoin principal : être rendu pur par Dieu.  

Dans quels domaines Dieu m’a-t-il utilisé dernièrement ? Quelles lacunes ai-je repéré à cette occasion ? Est-ce que je suis bel et bien en train de laisser Dieu me sanctifier ? Quel est le prochain pas ?

Nicolas Robin, pasteur à Faremoutiers et Esbly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *