Les diverses formes de méditation sont aujourd’hui à la mode. Mais en tant que chrétien, sommes-nous en reste? Bien au contraire. « La méditation est au cœur de l’Ecriture ». La méditation chrétienne, par opposition à d’autres formes de méditation, est focalisée sur les Ecritures pour se délecter de leur richesse, s’examiner, et prier. « C’est une forme de réflexion personnelle sur Dieu, son salut et sa volonté, et aussi sur nous-mêmes ». C’est une manière de prendre le temps d’écouter la Parole de Dieu et d’y répondre.

Jésus, le Dieu fait homme, a fait de la prière un élément central de son ministère (p. ex. Matthieu 17.1-9 ; Jean 17.1ss). Celle-ci est fondamentale pour sa personne et son enseignement. C’est dans la prière que « Jésus puise son amour, ses compassions, son autorité, son pouvoir, et sa sagesse ».

En bon maître, Jésus a aussi enseigné à ses disciples comment ils devaient prier, comment ils pouvaient entrer dans cette communion avec Dieu. Enseignement par l’exemple bien entendu, un exemple qui donnait envie (Luc 11.1), mais aussi enseignement plus direct sur le sujet, notamment par le « Notre Père » (Matthieu 6.9-13 ; Luc 11.1-4).

Jésus donne même des instructions pratiques : « Mais toi, quand tu veux prier, va dans ta pièce la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est dans le lieu secret. Et ton Père, qui voit dans ce lieu secret, te le rendra. » (Matthieu 6.6) A l’instar de Jésus et des disciples, tout chrétien qui veut rentrer dans l’intimité avec Dieu par la prière est appelé à prendre ce chemin. Mettre à part espace et temps pour la rencontre avec le Père qui l’attend déjà.

Avons-nous conscience du privilège que représente cette communion ? C’est dans la communion avec le Seigneur que le croyant prend le temps de l’exalter pour qui il est, pour ce qu’il a fait, et peut se réjouir en lui. C’est aussi en communion avec lui, que nous sommes secourus dans nos besoins, réorientés dans nos préoccupations, que nous trouvons la paix véritable. C’est enfin en communion avec lui que nous nous fermes contre toutes les ruses du diable.

« Face à l’attente en spiritualité et en méditation de nos contemporains, nous avons ici une formidable promesse ». « L’invitation qui nous est faite, d’entrer dans notre chambre la plus retirée, d’en fermer la porte pour nous retrouver en silence devant Lui est un formidable défi qui nous est lancé, dont nous ne soupçonnons pas l’impact dans le quotidien de nos vies ».

Saurons-nous entrer dans ce défi, à la suite de nos précurseurs bibliques, Moïse, David, Elie, Anne, Paul et bien d’autres, et de tous les chrétiens qui ont emprunté ce chemin au fil des siècles ? Puissent ces exemples nous inspirer dans notre vie de prière !

Claude Vilain – Eglise le Cépage – Ganshoren

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *