« C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. » Ephésiens 2.8


C’est un verset bien connu des chrétiens, mais que l’on a tendance à limiter à notre salut ! Comme si Dieu avait fait sa part, en nous sauvant, et que désormais c’était à nous de faire la nôtre en lui obéissant.


Mais ce n’est pas ainsi que Paul présente les choses. Regarde comment Paul continue au verset 10 :
« Ce que nous sommes, nous le devons à Dieu ; car par notre union avec Jésus-Christ, Dieu nous a créés pour une vie riche d’œuvres bonnes qu’il a préparées à l’avance afin que nous les accomplissions. »
> Voilà ce que nous sommes devenus !


Dieu nous a (re)créés pour une vie riche d’œuvres bonnes !


Mais, contrairement à notre manière habituelle de voir les choses, cette nouvelle marche n’est pas notre part du contrat à réaliser !Elle est intimement liée à notre union avec Jésus-Christ. Que ce soit notre obéissance, que ce soit les choses que nous allons entreprendre, tout cela doit découler de notre salut, afin d’accomplir les œuvres bonnes que Dieu a d’avance préparées pour nous.


La petite illustration suivante peut t’aider à mieux comprendre cela :
Imagine que tu aies été pris en flagrant délit d’infraction aux codes de la route. Dépassement de la limitation de vitesse ! Le problème c’est que ce n’est pas la première fois. Ainsi en plus de l’amende qui t’attend, tu vois aussi s’égrainer les derniers points de ton permis. Aïe, plus de permis, cela signifie plus de moyen d’aller au travail, plus de sorties, plus de vacances… tu commences à prendre conscience tout doucettement des conséquences terribles de cette légère entorse au code de la route.
Mais soudain le policier, qui vient de t’arrêter, s’avance vers toi et annonce contre toute attente : « Allez, c’est bon pour cette fois… circulez ! ». Sans aucune raison, sans que tu n’aies quoi que ce soit pour le mériter (c’est plutôt le contraire), Il décide de te faire grâce.
A ton avis, comment vas-tu envisager la suite de ton voyage ?
Si tu réalises vraiment ce qui vient de se passer… si tu prends conscience de ce à quoi tu viens d’échapper, si tu mesures la grâce incompréhensible dont tu as été l’objet, il y a de fortes chances que tu ne conduises plus du tout ton véhicule de la même manière ! Il y a fort à parier qu’au moins pendant la suite de ce trajet, tu respectes les recommandations du code de la route comme jamais. Alors que jusque-là tu trouvais ridicules les limitations de vitesse imposées, ces consignes de sécurité deviennent tout à coup un véritable plaisir à respecter.


La grâce de Dieu agit sur le même modèle.
Il n’y a pas de moteur plus puissant à l’obéissance, que la grâce de Dieu !
« Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, » 1 Jean 5.3


Imagine un peu ce que cela donnerait dans ta vie, si tu arrivais à te nourrir quotidiennement de ce que Dieu a fait pour toi.
La grâce, dont nous avons été l’objet, n’est pas juste une bonne nouvelle pour notre salut.
Elle est aussi devenue la puissance pour notre obéissance !

Nicolas Robin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *